On ne naît pas soumise, on le devient

Livre numérique

On ne naît pas soumise, on le devient

Même les femmes les plus indépendantes et les plus féministes se surprennent à aimer le regard conquérant des hommes sur elles, à désirer être un objet soumis dans les bras de leur partenaire, ou à préférer des tâches ménagères – les petits plaisirs du linge bien plié, du petit-déjeuner joliment préparé pour la famille – à des activités censément plus épanouissantes. Ces désirs, ces plaisirs sont-ils incompatibles avec leur indépendance? Est-ce trahir les siècles de féminisme qui les ont précédées? Peut-on attendre que les hommes fassent le «premier pas» et revendiquer l’égalité des sexes?
Les récents scandales sexuels qui ont agité le monde entier ont jeté une lumière crue sur ces ambivalences et sur l’envers de la domination masculine : le consentement des femmes à leur propre soumission.
Tabou philosophique et point aveugle du féminisme, la soumission des femmes n’est jamais analysée en détail, dans la complexité des existences vécues.
Sur les pas de Simone de Beauvoir, Manon Garcia s’y attelle avec force, parce que comprendre pourquoi les femmes se soumettent est le préalable nécessaire à toute émancipation.

Table des matières

Table des matières
On ne naît pas soumise, on le devient 1
Introduction 11
1. Un tabou philosophique 13
2. La soumission féminine, une tautologie ? 37
3. Qu'est-ce qu'une femme ? 61
4. L'insaisissable soumission 91
5. L'expérience de la soumission 115
6. La soumission est une aliénation 143
7. Le corps-objet de la femme soumise 163
8. Délices ou oppression : l'ambiguïté de la soumission 191
9. Liberté et soumission 211
Conclusion. Et maintenant ? 239
Notes de fin 243