Je suis un lieu
  • Éditeur québécois

Dans ce livre au style très personnel, Jacynthe Tremblay relate la manière dont sa vie a été profondément marquée par sa rencontre avec le philosophe japonais Nishida Kitarō (1870-1945) au fil de son histoire quotidienne longue de deux décennies au Japon et en Chine. On y retrouvera des détails de la vie du philosophe, des exemples tirés de la culture japonaise ou encore des réflexions sur la musique de Bach, qui forment un cadre cohérent pour appréhender la pensée nishidienne. C'est ainsi que l'on pourra comprendre les concepts, déterminants, du «lieu» et de l'«altérité absolue», qui ont pour fonction de montrer comme l'être humain - dégagé d'une subjectivité autocentrée - peut entrer en relation avec les autres. Ainsi abordée, la philosophie de Nishida, selon l'interprétation simple mais très audacieuse qu'en fait l'auteur, devient accessible à tous et rejoint la densité de la vie.

Jacynthe Tremblay est titulaire d'une double spécialisation en philosophie de la religion et en philosophie japonaise. Elle habite au Japon depuis une vingtaine d'années, où elle poursuit ses travaux de recherche concernant Nishida Kitarō, de même que la traduction française de ses œuvres, dont De ce qui agit à ce qui voit (PUM, 2015). Elle a aussi dirigé plusieurs ouvrages collectifs en philosophie japonaise.

Table des matières

Table des matières
Je suis un lieu 1
INTRODUCTION 9
Les anges de Kahoku 9
1. Le sourire d’Ueda. L’école de Kyōto 23
Ma rencontre avec la philosophiede Nishida 23
SECTION I 23
2. Le jubé de la basilique. Les liens entre le soi et le monde 27
3. La calligraphie de Nishitani. Rencontre avec Nishitani 34
4. Le style Suzugamine. Le soi et la société 37
5. L’orgue de Kamakura. Sakabe Megumi 41
6. Girafes et baleines. La révision de nos propres concepts philosophiques 47
L’approche de la philosophiede Nishida 47
SECTION 2 47
7. La joueuse de pipa de Shenzhen. L’abord de textes issus d’une autre époque et d’une autre culture 50
SECTION 3 55
Le soi comme expression du monde 55
8. Le chauffard de Kyōto. L’expérience pure 55
9. Les fonds de tiroir des apothicaires. L’expérience directede la réalité 60
10. L’oiseau de Londrina. La réalité véritable 63
11. Deux molécules d’hydrogène et une molécule d’oxygène. Le soi véritable 66
12. Les chorals de Martin Luther. L’harmonie des contraires 71
La concomitance des contraires 71
SECTION 4 71
13. La mendiante de Nanshan. Le concept de concomitance 76
14. La cathédrale de Hiroshima. Le néant absolu 81
15. Les solistes de Tokorozawa. L’autoéveil 86
SECTION 5 89
L’unité du corps et de l’esprit 89
16. Échec et mat. Le jeu comme unité sujet/objet 89
17. La signature de Jean-Sébastien. La composition musicale comme unité sujet/objet 92
18. La main qui pense. Le jeu musical comme unité corps/esprit 101
19. Les escrimeurs du parc Nakajima. La pratique des arts martiaux comme unité corps/esprit 108
20. L’art de laisser sa conscience derrière soi. La temporalité 114
SECTION 6 119
Pensée et langage 119
21. Le double usage des cartes de Google Maps. L’aspect englobant de la langue japonaise 119
22. Exercice à trous. L’élision du sujet 125
23. Pokémon et autres hādo. L’influence de la langue chinoise 127
24. Ricanements intempestifs. L’apparente difficulté du stylenishidien 132
25. L’inculte et le docte. L’influence de la langue parlée 136
26. L’art de l’emballage japonais. L’aspect englobant du stylede Nishida 139
27. L’argot de l’internet. La création d’un style philosophique 141
28. La confortable prévisibilité du film hollywoodien.Le style d’argumentation spiralant 144
SECTION 7 149
L’interprétation de la philosophie de Nishida 149
29. Le quotient intellectuel des insulaires. Les théories sur les Japonais 149
30. De l’âme japonaise. Évaluations du style écrit de Nishida 152
31. L’art de la fugue. La structure de la pensée de Nishida 156
32. Les Lego stochastiques. L’architecture des paragraphes de Nishida 166
33. À la va-comme-je-te-pousse. La difficulté de traduireNishida 169
34. Demi-Queue le chat. Le lieu et son contenu 175
Nishida et les sciences de son époque: introduction au concept de lieu» 175
SECTION 8 175
35. La beauté des théories mathématiques. Nishida et les sciences 183
36. Einstein au Japon. L’influence de la théorie de la relativité et de la théorie des champs 188
37. Il me tend sa main. L’influence de Kurt Lewin 193
39. Chacun cherche son style. La traduction des termes philosophiques de Nishida 202
40. Aubergine la chatte. La logique englobante de Nishida 205
La topo-logique de Nishida 205
SECTION 9 205
41. La vie cachée des poupées russes. Englober et être englobé 210
42. L’ermite de la taïga. Le lieu du néant absolu 218
43. Madame Liu. Le «tu» comme altérité absolue 227
L’altérité absolue 227
SECTION 10 227
44. Les gorges de Taroko. Le monde matériel comme altérité absolue 236
45. Les corbeaux du parc Sumikawa. Le monde biologique comme altérité absolue 240
46. Oliver, chien migrant. L’animal comme altérité absolue 251
47. Le vol du portefeuille. Le soi passé comme altérité absolue 259
SECTION 11 263
La relation je/tu 263
48. Les polyglottes de la province du Guangdong. L’accèsau «tu» par l’intermédiaire du langage 263
49. Le port de Shekou. Le «je» et le «tu» dans le mondehistorique 268
50. Un drame dans le Shinkansen. L’autonégation 273
51. Hérons blancs et félins médiums. Nishida, un penseur religieux? 277
52. Le soliloqueur de Yokohama. L’auto-identité contradictoire 286
53. Le livreur d’eau de la rue Nanguang. Les modalités de la relation interpersonnelle 289
54. Comment réussir une dinde en 13 étapes. L’amour comme point de combinaison 297
CONCLUSION 301
La chanson de Robin 301
LISTE DES FIGURES 305
BIBLIOGRAPHIE 307
TABLE DES MATIÈRES 311