Crime et châtiment

Débarrasser l’humanité d’un « pou » malfaisant, satisfaire son idéal de justice et s’illustrer par un geste sublime : tels sont les motifs qui poussent Raskolnikov à tuer une vieille usurière. Mais sitôt que la hache s’abat sur sa victime, l’étudiant perd la raison… Nul mieux que Dostoïevski n’a peint la déchéance d’un homme : terrifié à l’idée qu’on découvre son crime, en proie au remords, au délire et à la paranoïa, le coupable erre dans les bas-fonds de Saint-Pétersbourg, rongé par cet insoutenable secret.
Histoire d’une plongée en enfer, Crime et châtiment (1866), qui tient à la fois du roman policier, de la fresque sociale et du récit psychologique, est l’un des chefs-d’œuvre de la littérature russe.