Nationalité et Modernité

Livre numérique

Nationalité et Modernité
  • Éditeur québécois

Daniel Jacques se donne ici pour but de penser la nation d’un point de vue philosophique. Il cherche à établir quelle peut être la légitimité politique de la nation dans un contexte démocratique et ce qu’une telle enquête peut nous apprendre sur la nature et le sens du projet moderne.

Il fonde principalement sa réflexion sur la pensée de trois auteurs : Rousseau, Tocqueville et Nietzsche, qui témoignent chacun à sa façon d’une prise de conscience quant à la difficulté de constituer une véritable communauté politique au sein de la modernité. Il se demande ensuite à quelle nécessité politique la nation constitue une réponse, et s’il est encore possible aujourd’hui de répondre à une telle nécessité, compte tenu du climat moral qui prédomine dans les sociétés occidentales ?

Si on ne peut délivrer tous les esprits du soupçon qui pèse aujourd’hui sur la nation, peut-être est-il encore possible d’atténuer certaines craintes qu’elle suscite de manière à faire apercevoir les avantages qu’elle comporte. À ce jour, le destin de la liberté paraît lié à celui de la nation. Loin d’être opposée à l’idéal moderne, elle représenterait l’une des conditions de son accomplissement. S’il est vrai que la nation fut et demeure favorable à la liberté, il se pourrait ainsi, par conséquent, que l’une soit mise en péril par la disparition de l’autre.

Table des matières

Table des matières
Nationalité et Modernité 1
Remerciements 7
Introduction 9
CHAPITRE I - L'esprit d'égalité 21
CHAPITRE II - La société des individus 69
CHAPITRE III - La révolution nationale 127
CHAPITRE IV - Les lieux de la reconnaissance 173
CHAPITRE V - Politique de la nation 215
Conclusion 247
Notes 257
Table des matières 269