La voix et l’os. Imaginaire de l'ascèse chez Saint-Denys Garneau et Samuel Beckett

Livre numérique

La voix et l’os. Imaginaire de l'ascèse chez Saint-Denys Garneau et Samuel Beckett
  • Éditeur québécois

La distance qui sépare les oeuvres de Saint-Denys Garneau et de Samuel Beckett est à première vue irréductible. Rien de commun en effet entre les fragiles constructions poétiques de l’un et les proses avant-gardistes de l’autre. Pourtant, à regarder les corpus d’un peu plus près, on est frappé par la multiplicité des échos et des résonances, par la résurgence des mêmes motifs, thèmes, mots et tournures qui se répètent, de part et d’autre, de façon obsessionnelle : dédoublement, démembrement, défaut de coïncidence à soi, habitation par une voix étrangère et hostile, manie de l’inventaire, fuite des repères spatiotemporels, intrication de la fin et du commencement, de la mort et de la naissance, réflexivité autodestructrice. Sans oublier, sur le plan de l’expression, une certaine cassure de la voix, une syntaxe disloquée, un brouillage des frontières entre récit et poème, une tension plus ou moins bavarde vers le silence et la prière.
C’est qu’en cours de route, les chemins se croisent alors que se pose chez ces auteurs le même problème fondamental : comment trouver son fondement en soi-même sans se perdre dans les dédales ouverts par la distanciation d’avec soi que supposent le langage, la création et l’imaginaire ? Hantise du mensonge, désappropriation de la voix et amenuisement de la langue deviennent les motifs-clés de ces textes qui se rabattent sur la voie de la pauvreté, de la désertification des mots et des images. Épuisant les ressources de la littérature, retournant implacablement l’imaginaire contre lui-même, les oeuvres de Saint-Denys Garneau et de Samuel Beckett sont animées par une ascèse qui outrepasse toutes les réserves. Par là, elles sont les tenantes exemplaires d’une modernité esthétique dans ce qu’elle peut avoir de plus radical.
Frédérique Bernier a fait paraître Les essais de Jacques Brault. De seuils en effacements chez Fides en 2004. Elle fait partie du comité de rédaction des cahiers littéraires Contre-jour et enseigne la littérature au cégep de Saint-Laurent.

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Titre 4
Copyright 5
INTRODUCTION: La chair des pauvres 8
Des pauvretés à l’œuvre 10
Croisements et évidements 12
Créer, incarner, désincarner (le religieux et le moderne) 15
Deux mauvais pauvres? Le Québec et l’Irlande 17
«Son tiers monde à soi, son désert à soi»? Le mineur en question 21
Comparer l’incomparable 24
PARTIE I: Des têtes, des troncs, des bras, des jambes 28
Un chant ténu 29
Le silence des os 34
Les découpes de la chair 45
Une stérilité authentique 60
Les mots d’Écho 68
À qui le nom? 81
PARTIE II: Dédoublement natal 88
Petite histoire du Doppelgänger 89
Se voir, ou l’œuvre au miroir 94
Créateur et créature 105
Enfances de Samuel Beckett 114
Enfants de Saint-Denys Garneau 130
Le mauvais double 140
Faire corps 147
Faire le désert 156
PARTIE III: Déserter l’image 160
Prière pour la prière 160
L’inimitable 167
Oraison éjaculatoire 172
Point sa voix 175
«Pourquoi pas la miséricorde et la foi?» 181
Une langue crucifiée 185
Reste de l’image 193
Enterrer l’image 206
La tentation du visible 210
Figures d’une absence 215
CONCLUSION: Faute de langue 228
Bibliographie 244