Volume 44, Numéro 2, 2008
  • Éditeur québécois

L’idée d’un numéro consacré à la littérature tragique du xvie siècle part d’une constatation, celle de la circulation importante, au-delà de la sphère théâtrale, des termes « tragédie » et « tragique » dans la seconde moitié du xvie siècle en France. À une période traditionnellement considérée par les historiens du théâtre comme étant celle des « précurseurs » de la tragédie classique, tout se passe en effet comme si les connotations de passion, de violence et de fatalité associées à ces termes échappaient rapidement à la forme théâtrale et trouvaient à s’inscrire dans une pluralité de discours, faisant écho au climat belliqueux des guerres de Religion déchirant, au même moment, le royaume de France.