Les agents
  • Éditeur québécois

Rivés à leurs écrans, les agents veillent à la bonne marche d’un monde qui tourne sans eux. Dans des box blindés, dans de hautes tours de verre d’un autre siècle, ils travaillent et luttent pour conserver leur poste, buvant du thé, s’achetant des armes. Tous les moyens sont bons. Ruse, stratégie, violence – guerre totale. Parce qu’il y a pire que la mort, pire que la Colonne Rouge. Il y a la rue, où règnent les chats, le chaos, l’inconnu.

Roman dystopique aux accents kafkaïens, dans la lignée du J. G. Ballard de la trilogie de béton et des œuvres obsessionnelles de Philip K. Dick, Les agents raconte un monde où l’aliénation du travail est devenue la loi généralisée et machinique en vertu de laquelle tous s’affrontent pour survivre – où la solidarité est une arme à double tranchant.