Curieuses histoires de plantes du Canada, tome 4

1867-1935

Livre numérique

Curieuses histoires de plantes du Canada, tome 4
  • Éditeur québécois

Dans ce quatrième tome principalement dédié au Québec, les auteurs présentent 34 histoires mettant à l'avant-scène des personnes et des institutions d'enseignement et de recherche qui, entre 1867 et 1935, se préoccupent de végétaux pour leur intérêt agricole, alimentaire, ornemental, médicinal, forestier ou scientifique.

Tout comme d'autres femmes, Carrie Matilda Derick, la première scientifique de carrière dans une université canadienne, participe à l'évolution des savoirs sur les végétaux. Cyrille Vaillancourt, le «second fondateur» des Caisses populaires, a veillé au développement de l'industrie apicole et des produits de l'érable. En 1935, le frère Marie-Victorin publie la Flore laurentienne, résultat d'investigations parfois étonnantes du patrimoine géographique et végétal québécois. Durant la Première Guerre mondiale, des prisonniers de guerre défrichent, près d'Amos, une ferme expérimentale destinée à l'évaluation agronomique de végétaux.

N'est-il pas agréable de débusquer les végétaux enracinés dans notre histoire?

Alain Asselin est professeur à la retraite du Département de phytologie de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation de l'Université Laval. Il a publié de nombreux articles scientifiques dans divers domaines liés aux sciences des plantes.

Jacques Cayouette est botaniste et chercheur à Agriculture et Agroalimentaire Canada à Ottawa. Il a participé à la troisième édition de la Flore laurentienne et aux projets Flora of North America et Flore nordique du Québec et du Labrador. Il a publié À la découverte du Nord (MultiMondes, 2014) pour lequel il a reçu la Médaille Lawson en 2019.

Table des matières

Table des matières
Curieuses histoires de plantes, tome 4. 1867-1935 1
Remerciements 9
AVANT-PROPOS. Quelques mots 11
PRÉFACE. Les plantes et leur histoire 13
CURIEUSES HISTOIRES DE PLANTES ET DE LEURS USAGES 17
1867, Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Le futur président du sénat canadien, plutôt énergique et coloré, complète une formation à l’école d’agriculture 18
1871, Montréal. Un futur mécène exceptionnel pour les sciences agricoles utilise une recette secrète donnant du délicieux tabac à chiquer 24
1874, Saint-Denis (comté de Kamouraska). Un expérimentateur agricole de renom épouse la fille d’un des Pères de la Confédération 29
1876, Montréal. Enfin, une liste de fruits commerciaux qui rapportent des profits 37
1881, comté de Champlain. Le député provincial conservateur semble plus préoccupé par l’histoire naturelle et les mauvaises herbes que par sa réélection 41
1882, seigneurie de Lotbinière. L’ancien premier ministre de la province se préoccupe de sirop d’érable à Giguère et d’une future journée dédiée aux arbres 48
1885, lac Mistassini et rivière Rupert. Un incident fédéral-provincial et des plantes d’Europe 54
1886, Montréal. Hommage à un médecin intéressé par l’agriculture, les tanneries et le vert de Paris 59
9 octobre 1886, Rimouski et Pointe-au-Père. Une future vedette de la lutte aux insectes et aux plantes nuisibles à l’agriculture canadienne herborise dans la région 67
1890, Montréal. Des plantes guérisseuses et providentielles 71
1891, île Sainte-Hélène et Cacouna. La flore de ces sites intéresse un spécialiste des plantes fossiles et d’une tribu au Japon 79
1896, Saint-Romuald d’Etchemin. Le sergent d’armes de l’assemblée législative souligne l’importance des fertilisants, comme l’engrais flamand et la poudrette 85
1896, Montréal. La première scientifique de carrière dans une université canadienne s’intéresse au bruit enjoué des cloches de sorcières 92
1899, Saint-Denis (Kamouraska) et ailleurs. Une plante nuisible n’arrive jamais seule! «Abyssus abyssum invocat», l’abîme appelle l’abîme (livre des Psaumes) 97
1902, Collège de Saint-Laurent, banlieue de Montréal. Un ancien chapelain lors de la guerre de sécession cultive une plante d’artillerie 105
1903, Rivière-Pentecôte. Un prêtre herborisateur quitte avec nostalgie la côte-nord et subit la critique d’un botaniste professionnel 111
1904, Anticosti. Le médecin de l’île, la nouvelle propriété d’un industriel chocolatier, conclut à la toxicité de la renoncule âcre 117
1905, Châteauguay. L’un des jardins les plus originaux en Amérique du Nord est celui d’une jeune horticultrice de 66 ans qui aime la poésie 126
1905, Québec. Les délicieuses récoltes du jardin et des ruches profitent à l’Hôpital Général 133
1907, Bic et Percé. Des herborisations périlleuses lors d’un voyage de noces 139
La Saint-Jean-Baptiste 1908, Sainte-Anne-de-Bellevue. Une société dédiée à la protection des végétaux voit le jour 143
1910, Hull. Une artiste célibataire, intéressée au riz sauvage, obtient un emploi au ministère fédéral d’agriculture 151
1911, Québec. Un bon petit vin du Saint-Laurent suivi d’un thé canadien 156
1915, Spirit Lake, près d’Amos. Défrichage par des prisonniers de guerre sur une future ferme expérimentale intégrée à un réseau de recherche sur le bon gluten 162
28 février 1917, Québec. Le «second fondateur» des caisses populaires devient chef du service apicole du ministère de l’agriculture 173
1919, lac Aaint-Jean. L’ingénieur forestier en chef prévient: ramasseurs de bleuets, attention aux feux qui font dégénérer les bleuetières en «friques» 176
1920, Hatley, comté de Stanstead. Le record pour la diversité d’orchidées est presque battu 183
1922, Montréal. Un apiculteur, en convalescence à l’Hôtel-Dieu, rédige des notes sur la flore mellifère régionale 187
1922, Écoles rurales de la province. Face au fléau de la désertion des campagnes, faisons mieux faire connaître des plantes industrielles et le noir de fumée 193
1928, Montréal. Un refus d’augmentation salariale plutôt salutaire à l’horticulture québécoise 197
1931, Montréal et ailleurs. Des élans de jeunesse pour la botanique 202
1931, Oka. Un étudiant, particulièrement doué et dynamique, publie une flore avant son professeur de grand renom: un malaise se manifeste 207
1933, Sainte-Anne-de-la-Pocatière. L’agriculteur progressif doit empoussiérerses plantons de patates 216
1935, Montréal. Une année plutôt faste pour le fils d’un commerçant de farines, grains et provisions 221
Des repères chronologiques et quelques histoires 236
Le mot de la fin 241
APPENDICES 243
APPENDICE 1. Les noms latins et français de la plupart des plantes médicinales indigènes dans la troisième édition (1890) du Traité élémentaire de matière médicale et guide pratique des Soeurs de Charité de l’Asile de la Providence, deuxième 244
APPENDICE 2. Liste alphabétique de 20 plantes médicinales pour lesquelles il existe une demande commerciale relativement élevée au Canada en 1923 250
APPENDICE 3. Liste des 29 espèces de la famille des légumineuses de l’Herbier du Musée du Collège de Saint-Laurent publiée en 1890 par Joseph C. Carrier, le conservateur du musée 251
APPENDICE 4. Liste alphabétique des 40 orchidées observées par Henry Mousley dans la région de Hatley entre le lac Memphrémagoget la rivière Coaticook, entre 1911 et 1924 253
APPENDICE 5. Liste partielle de suggestions taxonomiques proposées par le père Louis-Marie et compilées par le botaniste Bernard Boivin et d’autres qui lui sont dédiées 255
APPENDICE 6. «La Flore Laurentienne», un bel objet de collection (Jacques Labrecque, botaniste). 257
INDEX 260
TABLE DES MATIÈRES 269