Études littéraires, vol. 48.3, été 2019

Approches écopoétiques des littératures française et québécoise de l’extrême contemporain

Livre numérique

Études littéraires, vol. 48.3, été 2019
  • Éditeur québécois

C’est sur les approches écopoétiques des littératures française et québécoise de l’extrême contemporain que se penche le plus récent numéro d’Études littéraires, dirigé par Julien Defraeye et Élise Lepage. « S’intéressant aux questions environnementales en contexte littéraire, l’écopoétique interroge le langage et les représentations sans se départir du monde, du réel et de ses contraintes et impératifs. Alors qu’une conscience environnementale dans la littérature s’est éveillée au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale en France et à partir des années 1970 au Québec, l’écopoétique – une des ramifications de l’écocritique – fournit aujourd’hui à la recherche en littérature une perspective d’analyse des plus fertiles […] ». « Se donnant pour aire d’analyse les littératures française et québécoise de l’extrême contemporain (début du XXIesiècle), [les collaborateurs.trices] examinent une belle sélection de textes d’auteurs de la France (Éric Chevillard, Maylis de Kerangal, Jacqueline Harpman et Jean-Loup Trassard) et du Québec (Louis Hamelin, Natasha Kanapé Fontaine, Robert Lalonde, René Lapierre, Monique Proulx, Lise Tremblay et Pierre Yergeau). ». (extraits de la présentation)