Quand on n'a que l'austérité

Abolition et permanence du politique dans les discours de crise en Italie et en Espagne (2010-1013)

Livre numérique

Quand on n'a que l'austérité

Une étude des discours d'austérité tenus pendant la crise financière, leurs contradictions et leurs écueils.À travers l’étude des contradictions et des écueils du discours d’austérité (pendant la crise 2010-2013), l’ouvrage livre un éclairage nouveau sur la crise de légitimité et sur les transformations des lignes d’affrontement politique que traversent les démocraties européennes.De nombreux pays, quelle que soit leur orientation idéologique, ont adopté des plans d’austérité budgétaire drastiques sous la pression des marchés financiers et de ladite « Troïka ». Découvrez un éclairage nouveau sur la crise et sur les transformations des lignes d'affrontement politique en Europe.EXTRAITC’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la raison d’être de cet ouvrage. Celui-ci s’intéresse aux questions que soulèvent, d’une part, la succession de plans d’austérité menés par des gouvernements différents au Sud du continent (Grèce, Italie, Espagne, Portugal) et, d’autre part, leur ralliement explicite au credo thatchérien d’après lequel « il n’y a pas d’alternative ». Ce ralliement est-il effectivement absolument général, ou les gouvernements conservent-ils une certaine marge discrétionnaire dans la conduite des politiques économiques ? Cette convergence ne concerne-t-elle que le contenu des mesures adoptées, que les différents acteurs politiques justifient de façon différente, ou se marque-t-elle jusque dans le langage employé par les uns et les autres ? Comment l’expliquer, comment l’interpréter ? Quelle signification politique lui accorder ? Et qu’implique une telle convergence pour la démocratie et ses perspectives au sein de la zone euro ?À PROPOS DE L'AUTEURArthur Borriello est docteur en science politique à l’Université libre de Bruxelles (ULB), au Centre d’étude de la vie politique (CEVIPOL) et collaborateur scientifique du Fonds national de la Recherche Scientifique (F.R.S.- FNRS). Après des recherches sur la gestion politique de la crise économique de la zone euro, il s’intéresse à présent à l’émergence et au renforcement de mouvements populistes en Europe du Sud. Il a travaillé en tant que chercheur visiteur dans plusieurs institutions étrangères, dont l’University of Cambridge et le City College of New York.