Revue Liberté 323 - Économie
  • Éditeur québécois

La « science économique » est devenue l’objet d’un fétiche déraciné du monde. N’en déplaisent à ceux qui, tous les matins à la radio, nous présentent des bulletins économiques comme on nous parle de la météo, empruntant le ton de la vérité scientifique. L’économie a ainsi été laissée entre de bien mauvaises mains. Sans surprise, cette fuite en dehors du monde a semé dans la maison un chaos épouvantable, au point où il n’est plus certain que nous sachions encore comment habiter et partager cet espace sans violence. C’est aussi dire qu’on ne peut plus laisser aux économistes patentés, aux comptables et aux gestionnaires le monopole de la réflexion sur l’économie. Il est temps de prendre, nous aussi, les rênes de l’économie. Il est temps de remettre la maison en ordre.