Le rouge et le vert

« Un soir, le sapin eut un incontrôlable frisson. Il y avait un mystère dans l’air et quelque chose était changé dans la forêt. Il cherchait à comprendre le silence qui avait accompagné le coucher du soleil, craignant que son inquiétude ne fût prémonitoire. Ce n’est que lorsque la lune eut pris possession du ciel qu’il comprit enfin que la cigale, le grillon et les grenouilles n’avaient plus fait de concert. Chaque année, la chorale disparaissait ainsi et il n’avait jamais su où elle allait. Tout ce qu’il savait, c’était que lorsque la forêt se taisait, il s’y préparait le plus beau des spectacles. »