Reste avec moi
  • Éditeur québécois

Depuis qu’ils sont tombés amoureux l’un de l’autre, Yejide et Akin se sont mis d’accord: la polygamie, bien qu’elle soit courante et largement acceptée au pays, ce n’est pas pour eux. Quatre ans après leur mariage – et malgré les spécialistes en fertilité, les médecins et sorciers, les potions et cures improbables –, Yejide n’arrive toujours pas à porter la vie. Ils pourraient se contenter de leur amour, sauf qu’Akin, comme tout fils aîné nigérian digne de ce nom, est tenu d’offrir un héritier à ses parents.

Malgré sa tristesse, Yejide se montre résiliente jusqu’au jour où une délégation familiale se présente à sa porte en escortant une jeune femme qu’on lui présente comme étant la seconde épouse d’Akin. Celle qui lui offrira l’enfant tant désiré. Furieuse, consumée par la jalousie, Yejide comprend que la seule façon de sauver son union est de tomber enceinte. Mais le prix pour espérer y arriver est bien plus élevé que tout ce qu’elle aurait pu imaginer.

Reste avec moi, le premier roman d’une jeune auteure nigériane à la plume phénoménale, soulève une question fondamentale: qu’il s’agisse d’un mariage en Afrique ou ailleurs, jusqu’où peut-on se sacrifier pour la famille?

Née à Lagos au Nigéria, Ayòbámi Adébáyò a étudié l’écriture aux côtés de Chimamanda Ngozi Adichie et de Margaret Atwood. À 29 ans, elle voit son œuvre saluée par de nombreux prix littéraires et elle est déjà reconnue comme une écrivaine d’exception.

Compléments