Revue Littoral No 1
  • Éditeur québécois

Le premier numéro de LITTORAL est pour nous, avouons-le, une petite victoire. Victoire que nous devons en tout premier lieu aux collaborateurs généreux de leur temps et de leurs compétences, et que nous remercions vivement pour la confiance dont ils ont fait preuve envers un projet qui n'était pas forcément évident. Et plus particulièrement, les chercheurs universitaires, qui par leurs écrits encouragent et enrichissent davantage notre démarche en ouvrant de nouvelles perspectives. Leurs collaborations attestent d'une certaine façon des fondements de notre entreprise, et aussi qu'une écriture régionale pose autant qu'une autre les questions de fond et de forme qui mobilisent, aujourd'hui comme hier, les chercheurs qui s'intéressent à l'écriture en général et en particulier au fonctionnement des discours littéraires.
Ce premier numéro remplit bien la mission poursuivie par le GRÉNOC. Des articles de portée générale, des Dossiers nous plongent d'emblée, mais par des chemins divers, dans le vif du propos: une approche historique, une réflexion sur le Nord et la Côte-nord perçus avant tout comme un «discours culturel», une présentation de l'oeuvre nord-côtière du prolifique Yves Thériault, un article rendant compte de l'imposant chantier du dictionnaire innu «revisité et augmenté» (innu-français-anglais), une étude de portée plus régionale concernant la vie théâtrale à Baie-Comeau et une recherche qui nous fait voyager dans le temps en exploitant l'imposant corpus français des découvreurs du continent américain des XVe, XVIe et XVIIe siècles, sous l'angle particulier de la circulation des personnes à travers trois situations: le don, l'adoption et l'enlèvement.
Dans la section Lectures et Relectures, des auteurs et des oeuvres sont revisités qui racontent surtout la Côte: d'Yves Thériault, de Damase Potvin, d'Élioza Fafard-Lacasse, de Claude Marceau, de Christine Cormier.
D'autres lectures, de Madeleine Gagnon et d'Annie Carle, nous font voyager plus au Nord, à la fois synonyme de vie et de prospérité; et synonyme d'éphémère et de disparition.
La présence d'expression française est donc largement assurée. L'écriture d'expression anglaise quant à elle est au moins présente à travers la traduction d'un texte qui nous replonge dans la vie de la Côte à la fin du XIXe siècle, à Pointe-aux-Esquimaux, aujourd'hui Havre-Saint-Pierre, et dans l'annonce d'une prochaine parution qui évoquera la Basse-Côte-Nord, de Kegashka à Blanc-Sablon, The Forgotten Labrador, de Cleophas Belvin. Par ailleurs, notre préoccupation pour la culture innue rend compte de travaux s'intéressant à la littérature amérindienne d'expression française et de la parution récente du Caillou et les Innus. C'est donc signaler par là que la littérature jeunesse nous intéresse aussi, au même titre que les autres formes d'écriture.
Un texte d'opinion invite à la discussion, puisqu'il met en cause le concept d'écriture nord-côtière et son existence même. Et un espace rend compte des activités du GRÉNOC depuis l'automne 2005.
Quant aux Inédits, ils attestent de la générosité des auteurs et des artistes de la région: le tandem Chicoine-Jauvin de Baie-Comeau, auteure et photographe; Denis Thériault, romancier originaire de Sept-Îles vivant aujourd'hui à Montréal; et la jeune poétesse de Maliotenam, Mélina Vassiliou, qui publie ici son premier texte et qui atteste par la même occasion de l'émergence d'une écriture innue sur la Côte.
Cette présence d'inédits, trop modeste ici peut-être, nous y avons tenu vivement, car elle se veut hautement symbolique et porteuse de sens et d'avenir. Elle nous rappelle sans ambiguïté aucune que l'écriture nord-côtière est bien vivante et qu'elle ne cesse de se construire, sur la Côte et ailleurs, par des Nord-Côtiers ou par des gens d'ailleurs. Le passé et le présent sont ici garants de l'avenir, les trois se rejoignant sans cesse dans d'incessantes réminiscences et dans des dialogues toujours inachevés et à reprendre, qui, et c'est là le miracle, donnent à travers le temps, à l'écriture nord-côtière des visages nouveaux et des formes nouvelles qui s'inscrivent dans les mouvances de l'écriture québécoise à travers son histoire, et même dans les plus audacieuses de l'écriture contemporaine. Comme en font foi certaines des publications les plus récentes.
Certes, la Côte-Nord sera toujours loin, toujours à l'Est et toujours au Nord. Mais pas toujours si loin qu'on le pense; et de plus en plus près du centre.
Merci encore! Aux artisans du GRÉNOC. Au Cégep de Sept-Îles et aux diverses institutions qui l'appuient. Et, encore une fois, aux collaborateurs de ce nouveau-né, LITTORAL.

Table des matières

Table des matières
Littoral No 1 1
Éditorial (Pierre Rouxel) 7
DOSSIER 10
L’écriture nord-cotière et les études régionales: survil (Pierre Rouxel) 10
La «CÔTE-NORD» comme discours culturel (Daniel Chartier) 15
Un dictionnaire innu révisé et augmenté (José Mailhot) 20
La Côte-Nordde la «plaisance» (Renald Bérubé) 23
La culture théâtrale à Baie-Comeau (Claude Rodrigue) 26
Les alliances franco-amérindiennes au Brésil et au Canada, XVe-XVIIe siècles (Silvio Marcus et Souza et Camil Girard) 29
LECTURES ET RELECTURES 44
Le conte: universel et nord-côtier (Clément Lévesque) 44
La vie au phare de Pointe-des-Monts à la fin du XIXe siècle (Pierrette Thibeault) 46
Un voyage d’études sur la Cote-Nord en 1928 (Pierrette Thibeault) 48
Les chemins d’Yves Thériault (Marie Lévesque) 50
Une lecture du roman Amor, amor (Jérome Guénette) 52
La Cote-Nord dans les Mémores incroyables d’un tricentenaire (Marie-Ève Vaillancourt) 58
Havre-Saint-Pierre au début du XXe siècle: un souvenir d’enfance (sous la direction d’Isa Di Piazza) 61
La colonisation de la Basse-Cote-Nord: un essai à paraitre 64
Un essai sur la littérature amérindienne au Québec: compte rendu (Pierre Rouxel) 65
Un compte-rendu de Caillon et les Innus (Manon Beaudin) 70
Le Nord dans Je m’appelle Bosnia (Pierre Rouxel) 72
Gagnon, ville disparue: une lecture de l’essai d’Annie Carle (Pierre Rouxel) 75
OPINION 79
Reve interdit (Ève Manceaux) 79
INÉDITS 81
Des lieux connus des dieux (Francine Chicoine et Serge Jauvin) 81
Ozzy: extrait (Denis Thériault) 83
Sun Danse: poème (Mélissa Vassilion) 84
LES ACTIVITÉS DU GRÉNOC (Pierre Rouxel) 86