JEU Revue de théâtre. No. 166,  2018.1
  • Éditeur québécois

Source d’information, d’émerveillement, de plaisir et de stimulation intellectuelle, la littérature s’avère un filon considérable d’inspiration pour les artistes des arts vivants. C’est pourquoi l’édition printanière de Jeu se consacre au rapport entre scène et littérature. À la une, Fanny Britt et Jean-Philippe Baril Guérard, tous deux dramaturges et romanciers, livrent un échange épistolaire sur les spécificités du geste d’écrire, pour la scène ou pour le livre. Pierre Yves Lemieux, lui, expose sa démarche d’adaptation d’œuvres littéraires, qu’il qualifie de « transcréation ». Puis, Marie-Christiane Hellot tente de cerner en quoi la figure de l’écrivain constitue une matière théâtrale inspirante. Hors dossier, James Oscar pose la question de la diversité au Festival TransAmérique et Jeu présente une enseignante au secondaire, qui utilise le théâtre pour faciliter l’intégration d’élèves en classes d’accueil, et un metteur en scène new-yorkais qui, par le biais de la tragédie grecque, favorise la résilience de toxicomanes, de soldats et de victimes de catastrophes naturelles.