Le désir ultramarin. Les Marquises après les Marquises

Le désir ultramarin. Les Marquises après les Marquises

Victor Segalen – écrivain breton, dépressif et opiomane, élevé dans les préceptes d’une religion catholique qu’il ne cessait de rejeter – s'est rendu à Hiva-Oa, une des îles Marquises, pour partir sur les traces de Paul Gauguin. Il y a trouvé un apaisement du corps et de l'esprit.
Gauguin comme Segalen, au cours de leurs séjours polynésiens, semblent se débarrasser des oripeaux judéo-chrétiens pour accéder à une autre forme d’être au monde, plus vraie, amorale, harmonieuse.
À travers les récits de ses deux grands prédécesseurs, Michel Onfray retrouve dans le contact avec la nature primitive l’esprit d’un régime libidinal proprement libertaire.
Ce texte fort mêle de façon convaincante le récit de voyage, concret et sensuel, et la réflexion sur la vie et la mort des civilisations.

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Du même auteur 2
Titre 5
Copyright 6
Dédicace 7
Exergue 9
1. « Ici la mer vit, et bat, et ronge » 11
2. « Une race disparaît en souriant » 30
3. « Maîtres de joie, maîtres de vie, maîtres de volupté » 47
4. « Vous cherchez le dernier païen ? » 65
5. « Un imaginateur de dieux » 82
6. « Tout musée est un tombeau » 99
Du même auteur (suite) 117
Présentation 121
Achevé de numériser 122