Les chants du mime
  • Éditeur québécois

Cet essai cherche dans l’oeuvre mimée d’Étienne Decroux les héritages d’une parole qui s’habite et prend racine dans son mutisme, considérant que toute voix origine du silence des corps. L’ouvrage approche la transmission dans le travail artistique et intellectuel sous la forme de reprises et de répétitions, des tentatives réitérées d’approcher la matière depuis le silence, l’échec – quand on chante parce qu’on ne peut rien faire d’autre. C’est aussi une ode à la part du feu dans la transmission.