Hivernages
  • Éditeur québécois

Hivernages est un roman troué ; un hiver qui ne s’est pas terminé, raconté par fragments et dans le désordre. Différents personnages tentent de survivre au froid, à la solitude, à la mort. Deux sœurs qui s’aiment trop, une fillette aux mains crochues, un garçon qui refuse de se couper les cheveux, un vieux qui a oublié son nom, des vieilles qui mangent des beignets dans une ville souterraine, une femme qui n’a jamais connu d’orgasme, tous survivent à la tempête dans un paysage d’aurores boréales.
L’écriture de Maude Deschênes-Pradet, déjà remarquée avec son premier roman, La corbeille d’Alice, évoque à merveille l’hiver, le froid, la solitude, la résilience. Si l’histoire est racontée avec une certaine retenue, de la pudeur et beaucoup de délicatesse, il y a aussi, dans Hivernages et ses scènes saisissantes, une véritable puissance d’évocation poétique d’un univers fantastique, post-apocalyptique.