Mémoires d'un homme inutile
  • Éditeur québécois

Un an jour pour jour après avoir divorcé de sa femme, Dubreuil apprend qu’une tumeur maligne s’est logée dans son cerveau et que ses jours sont comptés. Se sachant condamné à mort, il refuse les traitements de chimiothérapie qui auraient pu prolonger sa vie et quitte tout pour aller s’installer dans un chalet au bord de la mer, à Saint-Perrin, où personne ne le connait. Là, sur un cap de roc escarpé donnant sur une plage bourrée de touristes, Dubreuil se lance dans une quête de soi-même qui l’amène à poser un regard à la fois très dur et humoristique sur la manière dont il a mené son existence. Paradoxalement, alors que son corps dépérit chaque jour, le narrateur n’a jamais semblé aussi vivant : l’écriture thérapeutique lui permet en effet de faire la paix avec son passé et d’accueillir la mort en toute sérénité.