Ciné-Bulles. Vol. 35 No. 3, Été 2017
  • Éditeur québécois

En couverture du Ciné-Bulles estival, Ma Loute, dernier film de Bruno Lamont, d’un comique assumé, burlesque et tragique, selon l’analyse qu’en fait Jean-Philippe Gravel. Prétexte à l’exploration de couches sociales incompatibles, le film a pour trame une enquête menée par un duo incompétent d’enquêteur façon Laurel et Hardy. Ce numéro est aussi, et surtout, composé d’un grand dossier sur l’éducation cinématographique au Québec, son importance et ses possibles développements. Table ronde, témoignages et réflexions font état d’une foule d’initiatives auprès des jeunes du secondaire et du collégial, dans les classes et les festivals. Il s’en dégage une nécessité d’offrir une éducation au cinéma de qualité, et ce, dès le plus jeune âge. La reconnaissance du cinéma par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur comme forme d’art au même titre que les arts plastiques, l’art dramatique, la musique et la danse serait un bon premier pas (dixit ACPQ).