Au nom d’Alexandre

Alexandre exerce un métier qui n’a pas de nom : il crée des noms.Dans sa vie, il a baptisé des parfums, des pâtisseries, des voitures, des missiles, et même le chien d’une milliardaire… On raconte aussi qu’il fut le conseiller particulier du pape dans sa quête d’identité.Mais Alexandre est malade, et sent que sa fin est proche. L’apprenant, un éditeur intrigué par son étrange vocation, demande à une journaliste de se rendre à son chevet pour qu’il lui dicte ses mémoires. Au fil de ce récit, la jeune femme découvre l’odyssée de cet amoureux des lettres, de ce génie des mots qui a tout nommé. Ou presque. En effet, elle repère quelques zones d’ombre dans ce parcours hors du commun. Intriguée autant que fascinée par Alexandre, elle est peu à peu taraudée par une question : est-il possible qu’Alexandre ait oublié de nommer l’essentiel ?Un roman vibrant, dans lequel la beauté des mots n'a d'égal que la beauté de l'histoire.EXTRAIT— J’ai la cancertitude que le crabe m’emportera avant la fin du mois.— Au moins vous n’avez pas perdu votre sens de la formule, mon cher Alexandre.— Et la vôtre, Professeur, quelle est-elle ? Ne m’aviez-vous pas promis un traitement plus radical ?— La chimiothérapie ? Je pensais que vous y étiez fermement opposé…— Plutôt mourir, en effet. J’ai passé les vingt dernières années de ma vie à pratiquer des massages capillaires dans l’espoir de retarder l’inéluctable raréfaction de mes cheveux. Je ne vais pas précipiter leur disparition dans un moment d’égarement.— Un moment d’égarement qui pourrait vous sauver la vie, vous en avez conscience ?— Est-ce bien nécessaire ? Et si nous mettions un terme à cet acharnement, professeur ?— Vous allez beaucoup souffrir.— Vous n’avez qu’à augmenter les doses de morphine.— Je pense que le professeur a raison, ça vaut la peine d’essayer, hasardai-je.— Fanny, si vous n’aviez pas commencé ma biographie, je vous croirais sincère.CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE- « Érudit, inspiré, enlevé, cet excellent roman est un bel hommage à Littré et consorts. » - Delphine Peras, L’Express- « Qu’est-ce qui fait d’Au nom d’Alexandre un livre absolument juste, pétillant, hilarant, émouvant et cathartique ? C’est la question qui m’a accompagné tout du long de la lecture. » - Christian Gatard, Géographie du futurÀ PROPOS DE L'AUTEUROlivier Auroy travaille depuis plus de vingt ans dans le monde de la communication. Il est l’auteur, sous le pseudonyme de Gabriel Malika, des Meilleures Intentions du Monde et de Qatarina, publiés aux éditions Intervalles. Au nom d’Alexandre est son troisième roman.