La mort d'une princesse
  • Éditeur québécois

«J'ai pensé que je serais cette fille un peu maladroite, un peu névrosée, qui apprivoiserait le célibat tranquillement à coups de rendez-vous ratés, et qui en rirait avec sa meilleure amie. Je me suis prise pour un cliché.»À 31 ans, après une rupture amoureuse, Sarah réalise rapidement que le scénario typique de comédie romantique ne sera pas pour elle. Sept ans plus tard, au top de sa carrière et toujours célibataire, Sarah se complaît dans son tourbillon professionnel
réconfortant, gorgé d'ambition, de succès et de masques sociaux. Quand on voit les relations de couple avec lucidité, est-il possible de s'ouvrir de nouveau à l'amour? La mort d'une princesse, c'est ce moment où les illusions tombent. On doit alors faire face à la réalité et trouver sa propre façon de vivre sa vie.