Plus heureuse qu'avant mon cancer

La vie d'une femme changée en mieux par la maladieIl y a des boules qu’on aime : les boules de Noël, toutes colorées, les boules de Berlin, délicieuses pâtisseries, mais il y a des boules qu’on voudrait ne jamais voir apparaître, comme celle qui a surgi dans ma vie ce jour-là.Alors, parce que je n’ai jamais aimé que les boules qui rendent heureux, j’ai décidé de me battre contre cette coquine indésirable qui avait pris place dans mon sein.Mon sein, moi et cette indésirable coquine de boule, nous nous sommes empoignés pendant de longs mois et devinez quoi... J’ai gagné ! Alors, pour que plus aucune coquine de boule ne vienne teinter de bleu les yeux d’autres femmes, je raconte cette histoire.Bienvenue dans ma vie.Un hymne à la vie. À lire absolument !EXTRAITDès huit heures du matin, le cœur battant, j’appelle ma nouvelle gynécologue, Docteur C. En fond sonore, je devine la présence d’un enfant en bas âge. Je les imaginais au lit, les cheveux en pagaille, interrompant leurs jeux de chatouille, le portable à la main. Mais peut-être était-elle sagement autour de la table du petit-déjeuner à siroter la première gorgée de café ? Je la dérangeais, nul doute !La jeune doctoresse m’invite à une mammographie :« Mon assistante vous délivrera sur place le document ad hoc ». Me voilà un peu soulagée après cette nuit chiffonnée.Toutefois, il me faut vous expliquer le contexte. Après vingt ans de loyaux services de mon premier gynéco, le Docteur L., je ne me suis pas pris la tête longtemps quand il m’a annoncé avoir oublié d’ôter le stérilet huit ans après la ligature des trompes par laparoscopie. Être enceinte avec autant de précautions relevait des compétences de l’ange Gabriel !À PROPOS DE L'AUTEURKlairet S a enseigné bénévolement la danse pendant près de vingt ans dans des Centres Culturels. Le bénéfice des spectacles offrait des vacances aux enfants cancéreux entourés par une équipe médicale. En septembre 2006, elle est victime d’un cancer du sein. Elle pose les mots sur les maux et souhaite ainsi que les femmes touchées par la maladie et leurs proches s’identifient à leur tour, décryptent leurs ressentis et rebondissent plus que jamais pour aller de l’avant vers la quiétude. Après ses traitements, Klairet est devenue conférencière pour booster les femmes touchées par ce fléau.