Le Québec n'existe pas
  • Éditeur québécois

Dans cet essai décapant, Maxime Blanchard prête sa voix à son avatar littéraire, Éric Langevin, comme lui Québécois indépendantiste exilé à New York. À travers des fragments de discours ou des vignettes de vie aussi drôles que tragiques, il lance à la fois un grand cri d’amour et un grand cri d’alarme ; le cri de rage de celui qui voit son pays couler en flammes dans l’insignifiance.
Ces impétueux carnets sont une célébration du Québec qui donne à lire un écrivain révolté, insolent et misanthrope dont l’exaspération sans bornes n’a d’égal que son amour de la patrie.