Vie littéraire au Québec vol 4 (1870-1894)

Vie littéraire au Québec vol 4 (1870-1894)
  • Éditeur québécois

Après l'avènement de la Confédération, la province de Québec se donne en programme la devise « Je me souviens ». En ces années qui vont de 1870 à 1894, une culture qui se dit encore « canadienne » veut s'employer à commémorer les aïeux. De l'Ecole patriotique de Québec aux premières manifestations qui annoncent l'Ecole littéraire de Montréal, la vie littéraire au Québec défend une nationalité menacée. La pendaison de Louis Riel et les attaques contre les droits scolaires linguistiques des minorités francophones au Nouveau-Brunswick, au Manitoba et dans les Territoires du Nord-Ouest soulèvent passions et colères.

Dans ce contexte, l'abbé Henri-Raymond Casgrain devient éditeur de livres de prix scolaires, Louis Fréchette va chercher à l'Académie française la reconnaissance qui en fait ici le « poète national », Arthur Buies se laisse tenter par la propagande colonisatrice du curé Labelle, Pamphile Le May prépare le terrain pour la littérature régionaliste et Laure Conan réoriente sa carrière vers le roman historique. Tout pour l'histoire, la langue et la religion devient le mot d'ordre, mais les chroniques de Buies, les poèmes d'Eudore Evanturel ou d'Alfred Garneau, le journal d'Henriette Dessaulles poursuivent une autre voie, celle de l'« intime ». La littérature canadienne est écartelée entre ces deux principes : le devoir collectif, l'expression subjective.

Cette collection présente non seulement le fait littéraire et l'examen des textes, mais aussi l'analyse du processus de leur production et de leur réception. Elle offre aux étudiants, aux enseignants et aux spécialistes une solide synthèse qui s'inspire d'une approche originale et d'une recherche de première main.

« La vie littéraire au Québec constitue l'étude la plus exhaustive et la plus solide parue à ce jour et devient une référence incontournable non seulement pour les littéraires, mais aussi pour tous ceux qui, dans diverses disciplines, s'intéressent à l'histoire des idées et des idéologies »
(Antoine Sirois, Recherches sociographiques).