Sainte Rita de Cascia

Sainte Rita de Cascia, est, ainsi que l’a dit Jean-Paul II, la plus grande sainte populaire avec Saint-Antoine de Padoue. C’est l'avocate des causes désespérées. Elle fut une épouse sans rancune, et une mère pleine d’amour, dans une Italie ravagée par la guerre, la peste et les tremblements de terre.Mais avant tout, elle fut une femme qui connut les joies et les peines de la vie conjugale. Frappée par la perte de son mari, puis celle de ses enfants, elle a fait preuve d’un pardon inouï envers les assassins de son mari et a trouvé la force de faire régner la paix dans sa ville natale déchirée par la Vendetta ; offrant toutes ses douleurs d’épouse et de mère à son Sauveur, elle s’est hissée jusqu’à la croix.Veuve, puis sœur augustine, elle a reçu le signe de son union mystique à Jésus-Christ : un stigmate au front qu’elle portera quinze ans durant. De sa cellule, puis après sa mort, elle opère des guérisons et sa réputation de grande thaumaturge fera le tour du monde ; elle semble toujours à notre écoute.C’est cette simplicité, cette proximité de la sainte qui est peut-être le fait le plus extraordinaire, car elle rend l’espoir à ceux et à celles qui sont sur le point de le perdre. Du ciel, comme elle l’a fait sur la terre, elle continue à aimer. Et c’est l’histoire de cet amour, que vous raconte ce livre, avec quelques fioretti, terme pris à la spiritualité franciscaine, comme un bouquet de fleurs poétiques autour de la rose de Cascia, dont le parfum n’a pas fini de se répandre à travers les siècles.EXTRAITPourquoi Sainte Rita de Cascia est-elle connue sous le titre d’Avocate des causes désespérées, impossibles ou perdues ? Quel est donc le secret de cette petite fleur d'Ombrie qui de son vivant fut femme et épouse, avant que d'être sainte et stigmatisée ? Sainte Rita est honorée en Italie, mais aussi dans le monde entier. On la retrouve à Nice, dans l'ombre des petites ruelles du vieux Nice, dans un quartier où les péripatéticiennes viennent l'implorer de les aider dans leur détresse et laissent des ex-voto émouvants aux murs de la chapelle ; on la retrouve aussi à Paris XVIII, dans une minuscule chapelle, juste en face du Moulin Rouge, autre quartier très « chaud » de la capitale ! Là, des gens de toutes origines viennent la prier et allumer des cierges qui transforment ce lieu, nuit et jour, en chapelle ardente…À PROPOS DE L'AUTEURMarie Allain, née à Nice, diplômée en Lettres, a publié des recueils de poèmes et des pièces de théâtre. Elle est aussi l’auteur d’un Évangile pour les enfants (Apostolat des éditions) ; d’un essai sur Saint François d’Assise (Éditions Lanore), et d’un premier roman : C’était près de l’Yerres (Éditions Ex Aequo). Son inspiration essentielle lui vient de l’Italie, où elle a enseigné de nombreuses années, à l’Institut français de Florence, tout en écrivant et montant des pièces de théâtre avec sa compagnie : « Colpo di scena ».