Critique de la raison pratique

Livre numérique

Critique de la raison pratique

« La loi morale est sainte (inviolable). L’homme est sans doute très éloigné de la sainteté, mais il faut que l’humanité dans sa personne soit sainte pour lui. Dans la création tout entière, tout ce que l’on veut, et ce sur quoi on a quelque pouvoir, peut aussi être employé simplement comme moyen ; l’homme seul, et avec lui toute créature raisonnable, est fin en soi-même. Il est, en effet, grâce à l’autonomie de sa liberté, le sujet de la loi morale, laquelle est sainte. C’est précisément en raison de cette liberté que toute volonté, même la volonté propre à chaque personne et dirigée sur elle-même, est bornée par la condition de l’accord avec l’autonomie de l’être raisonnable, à savoir de ne le soumettre à aucune intention qui ne serait pas possible suivant une loi pouvant trouver sa source dans le sujet même qui pâtit, et donc de ne l’utiliser jamais simplement comme moyen, mais en même temps en lui-même comme une fin. Cette condition, à bon droit, s’impose, pour nous, même à la volonté divine relativement aux êtres raisonnables dans le monde, en tant qu’il s’agit de ses créatures, parce qu’elle repose sur la personnalité de ceux-ci, par laquelle seule ils sont des fins en soi. »
Kant

Table des matières

Table des matières
CRITIQUE DE LA RAISON PRATIQUE 1
REMERCIEMENTS 6
INTRODUCTION 8
Note du traducteursur la présente édition 84
CRITIQUE DE LA RAISONPRATIQUE 86
CHRONOLOGIE 428
BIBLIOGRAPHIE 441
INDEX 459
TABLE 471