Chants du désespéré (1914-1920)

Né Charles Messager le 22 novembre 1882 à Paris, il choisit le patronyme de Vildrac par référence à un personnage de Walter Scott, Wildrake. Fondateur en 1905, avec Georges Duhamel, du groupe de l'Abbaye de Créteil, une communauté de jeunes artistes réunis par un engagement humaniste et par une passion pour la poésie, il se révèle là comme un pédagogue de tendance libertaire. Mais c'est comme dramaturge qu'il accède à la notoriété dans les années 20. Sa pièce Le Paquebot Tenacity connaît notamment un grand succès. Son œuvre poétique en revanche reste dans l'ombre, sans doute trop sincère, trop peu partie prenante des emballements de l'époque. Alors, découvrir aujourd'hui, cent ans après la Grande Guerre, les Chants du désespéré, quel choc, quelle inestimable surprise que ces poèmes de guerre dont l'écriture, sans pathos ni affèteries, est d'une admirable "frappe", d'une sonorité frontale.

"Mais l'homme qui a trébuché
Entre les jambes de la Mort
Puis qui se relève et respire
Ne peut que rire ou sangloter :
Il n'a pas d'âme pour le deuil."

Sans doute n'y a-t-il rien d'équivalent, à propos de ces temps voués au massacre de masse, en poésie de langue française.

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Titre 5
Copyright 6
Chant du désespéré 9
Mobilisation 13
Avec l’herbe 16
Souvenirs 18
Chant d’un fantassin 20
Trêve 23
Relève 25
Printemps de guerre 28
La grange 30
Montblainville 33
Intermède 36
Cher peuple 39
Élégie à Henri Doucet 41
I. Le peuple est vaste 43
II. Châtellerault 49
III. Pendant trente ans ton père 51
IV. La victoire mieux qu’acceptée 53
Élégie villageoise 55
Europe 61
Retour de la guerre 63
I. Toi qui rêvais 65
II. Après ce long silence 66
III. Y a-t-il un lieu de silence 67
Il y a d’autres poèmes 69
Élégie 73
Chanson d’hiver 75
Retour en Argonne 77
Le jardin 80
Bio-bibliographie 87
Table des matières 91
Achevé de numériser 94