La chronique de Tallinn

Melchior l'Apothicaire est devenu bien solitaire. En ce mois de juin 1432, la ville de Tallinn s'active pour les préparatifs de la procession du Saint-Sacrement. Lorsque trois morts violentes se succèdent, Melchior est appelé. Une mystérieuse chronique, récemment découverte dans la bibliothèque du couvent dominicain, est retrouvée calcinée dans la cellule d'un moine. Intrigue criminelle et peinture de la vie quotidienne s'entremêlent dans ce polar médiéval, une plongée virtuose dans la dimension humaine de l'Histoire.

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Présentation 2
Du même auteur 4
La chronique de Tallinn 5
Hospice Saint-Jean 7
Avant-propos 9
1. « Morts au monde, mais vivants aux yeux de Dieu » 13
2. « Pour te garder du mal » 17
3. « Un crime grave, qui conduit à d’autres crimes » 26
4. « Consacre-toi à la vérité, et ce qui est fané fleurira de nouveau » 37
5. « Des péchés qui se réveillent de la mort » 44
6. Une ville où l’on frappe des pièces d’or 62
7. Les lettres de la ville des pénitents 78
8. In medio umbre mortis 87
9. « Sous la conduite d’une main étrangère » 99
10. Trois punitions 105
11. « Un prêtre invisible, animé d’une force mystérieuse » 116
12. Lucia 138
Maison de Gambrinus 169
13. « Comme Judas ! » 170
14. « Une chapelle repoussante, épouvantable, à croire que ce n’est pas la maison de Dieu ! » 181
15. « Un crime épouvantable a été commis » 190
16. « Les tailleurs de pierre réclament un procès ! » 196
17. La ciguë et les cailles 201
18. « Par tous les saints ! » 214
19. « C’est commencé ! » 221
20. « Lampeggiar dell’angelico riso » 229
21. Comment empoisonner un apothicaire ? 250
22. « Que ta ruine arrive ! » 265
23. « Une fille curieuse » 284
24. « Je suis un péché ! » 291
25. « Alors fonde-la sur ton cœur meurtri ! » 324
26. « Jamais, pas de sang ! » 348
27. Le poison de la méchanceté 356
28. In principio erat verbum 361
29. « Traînez mon cadavre jusqu’au gibet ! » 377
30. « Il fallait que ce soit le diable en personne ! » 381
31. « Un Satan pire encore » 399
32. Épilogue 405