Après le capitalisme
  • Éditeur québécois

Comment s’émanciper de cette servitude volontaire où consommation et capitalisme riment avec destruction des conditions de vie sur Terre? Aller au supermarché en voiture, changer de iPhone tous les six mois, passer trois heures par jour devant un écran, cela fait pourtant partie du quotidien de la plupart de nos contemporains. Or, sans une véritable transition écologique, nous assisterons inévitablement à une série d’effondrements systémiques. Pour rompre avec l’imaginaire de domination rationnelle du monde hérité de la science et de la philosophie modernes, Pierre Madelin explore les possibilités révolutionnaires du présent en convoquant l’écologie politique libertaire. Si le capitalisme est l’ennemi à abattre, un changement de paradigme, qui concerne autant le climat, l’énergie, la démographie, la question animale que l’organisation politique des sociétés, est en marche. Avec une lucidité salutaire et par-delà toute pensée réactionnaire, Pierre Madelin nous invite à conserver le monde en tant que monde.

Table des matières

Table des matières
Après le capitalisme 1
Table des matières 9
Remerciements 12
1Que se passe-t-il ? 13
2« Le capitalisme ne mourra pas de mort naturelle » 24
3Quels antagonismes ? 34
4La situation climatique et énergétique 50
5La situation démographique : néomalthusianisme ou écosocialisme ? 60
6Vivre avec les animaux 67
7Sortir de la crise écologique : I) L’État-nation et la « démocratie » actuelle 85
8Sortir de la crise écologique : II) L’auto-organisation ­libertaire des sociétés 98
9L’écologie politique ­libertaire : I) La question des échelles 115
10L’écologie politique ­libertaire : II) La question de la souveraineté populaire 129
11Conclusion 143