Sans « mobile » apparent

Un quotidien « sans portable », « sans smartphone »
Tout le monde en a un. Eux non ! Ils se tiennent à l'écart de l'élan majoritaire et ne désirent pas a priori ce qui apparaît comme socialement désirable. Dans la sphère privée comme dans la sphère professionnelle, ils sont sans « mobile », terme générique couvrant les différentes générations : du téléphone à carte au smartphone, de l'outil d'oralité à l'outil d'écriture et de lecture. Qui sont-ils ? L'intrigue du non-équipement ne peut être résolue par un simple renversement des observations des possédants et de leurs usages.
Au fil de l'ouvrage, nous dévoilons une population hétérogène entremêlant des arguments relatifs à l'objet et au sujet social qui les avance. Le dire peut défendre des convictions (argumentation identitaire), insister sur les coordonnées de lieux et de temps propices au non-équipement (argumentation contextuelle), se focaliser sur les caractéristiques et propriétés de la chose jugée (argumentation matérielle et technique), faire valoir le passé pour expliquer le rapport actuel au « mobile » (argumentation historique) ou encore pointer le rôle joué par autrui (argumentation s'appuyant sur un tiers).
Les « sans » comptent dans leurs rangs des « ex » qui se sont détournés de l'objet, l'ont cédé sans regret ou l'ont simplement perdu ; mais aussi des frustrés s'insurgeant contre un non-équipement subi.
Les non-équipés peuvent solliciter autrui, emprunter l'outil à l'occasion, voire fréquemment. Ils peuvent a contrario ne l'avoir jamais manipulé et dépeindre un quotidien analogue à celui des équipés ayant désinvesti la chose.
Si le non-équipement autorise et produit des usages spécifiques du mobile, l'équipement n'interdit pas le non-usage. Il ne s'ensuit pas que ces non-usagers équipés se confondent avec les non-usagers non équipés. Les premiers ayant, à la différence des seconds, un statut de joignable. D'où l'intérêt d'une approche paradoxale séparant et fusionnant les niveaux : équipement et usage.

Table des matières

Table des matières
Sans « mobile » apparent 1
Sans « mobile » apparent 3
Sommaire 5
Introduction : À la rencontre des « sans-mobile » 7
Chapitre 1 : Qui sont-ils ? 15
A. Esquisse d’un profil et ses limites 15
B. Diversité des « sans-mobile » 23
C. Relativité des « non-usages absolus » 32
Chapitre 2 : Le mobile de la liberté versus « Fil à la patte » 35
A. Liberté associée à la solitude 36
B. Liberté associée à la délimitation des espaces de joignabilité 37
C. Liberté associée à une indisponibilité revendiquée 42
D. Liberté associée à des espaces-temps buissonniers 45
Conclusion 47
Chapitre 3 : Les mobiles identitaires cognitifs et sociaux 49
A. La formation de l’esprit 49
B. Une certaine idée du « vivre ensemble » 53
Conclusion 59
Chapitre 4 : Les autres mobiles identitaires 61
A. Des traits assumés de la résistance et de l’atypicité 61
B. À une perception négative de soi 69
C. Tranquillité et économie de tracas 72
Conclusion 73
Chapitre 5 : Les mobiles historiques et contextuels 75
A. Le recours au passé 75
B. Les justifications situationnelles 79
Conclusion 85
A. Les arguments matériels ou techniques 87
Chapitre 6 : Les mobiles liés à l’objet en lui-même et à autrui 87
B. Les arguments introduisant la figure du tiers 94
Conclusion 98
Chapitre 7 : Une argumentation hybride et nuancée 99
A. La fréquence des différents « arguments à charge » 99
B. Une argumentation à charge entremêlant les registres 107
C. Une argumentation à charge et à décharge 110
Conclusion 119
A. Lier le quantitatif et l’injonctif 121
Chapitre 8 : Résister à la norme sans être contre-normatif 121
B. La revendication d’une zone blanche 123
C. Ni normatifs, ni contre-normatifs 124
D. Une pression inégalement perçue 126
Conclusion 128
Chapitre 9 : Des connivences inattendues 129
A. Surreprésentation, parmi les « sans-mobile », des registres historique, contextuel et du rôle du 129
B. Sur-hybridité de l’argumentation à charge des « sans-mobile » 139
C. Connivence entre des non équipés et des équipés usagers occasionnels : la pertinence contextuel 140
D. Connivence entre certains non équipés et des équipés usagers quotidiens 141
E. Des légitimations d’usage et de non-usage s’inscrivant dans un continuum 144
Conclusion 146
A. Un avenir avec 149
Chapitre 10 : De l’éventualité de s’équiper 149
B. Acquisition passée et acquisition projetée 152
Conclusion 159
A. Éléments de synthèse 159
B. Repères pour une sociologie de l’improbable 163
Bibliographie 169