Le manque en partage
  • Éditeur québécois

Tout au long de leur œuvre, les poètes Michel Beaulieu et Gilbert Langevin se sont immiscés dans la « sombre intimité » de l’homme : le premier accorde une place impor­tante à l’évocation des souvenirs et porte une attention soutenue aux événements rythmant le quotidien ; le second cherche à rendre compte, inlassablement, d’une pauvreté originelle propre à la condition humaine. Influencés par la poésie du pays, les auteurs à l’étude dans cet essai ont emprunté aux courants littéraires des années 1970 (nouvelle écriture et contre-culture), sans toutefois se réclamer à part entière d’un groupe ou d’une esthétique. Difficilement classables, ils se sont plutôt astreints à une démarche et à une recherche poétique résolument individuelles. Ce livre propose une analyse du rapport à la communauté de ces deux poètes constamment tiraillés entre le désir d’appartenir à un ensemble et la volonté de demeurer à l’écart, d’affirmer une irréductible singularité. Pour Beaulieu et Langevin, la véritable filiation ne s’établit pas depuis ce que les hommes partagent, mais bien par ce qui leur manque.

Table des matières

Table des matières
Le manque en partage 1
Remerciements 8
Liste des abréviations 9
Michel Beaulieu 9
Gilbert Langevin 10
Un sentiment de contemporanéité 13
La poésie intime du monde 20
Michel Beaulieu 26
Gilbert Langevin 29
Une communauté de la perte 32
MICHEL BEAULIEU 41
L’enfance de l’art 43
Géographies du poème: un voyage en Amérique 73
Un portrait poétique 91
Un amour quelconque 131
GILBERT LANGEVIN 153
Naître à La Doré 155
Réquisitoire d’une singulière solidarité 199
La voix affranchie 239
L’obscurité du présent 281
Annexes 295
Annexe 1. «Théâtre» 295
Annexe 2. premier amour 298
Annexe 3. Auto-psy 305
Bibliographie 307
A) Corpus littéraire principal 307
B) Ouvrages et articles critiques sur le corpus littéraire 317
C) Sur la littérature québécoise 321
D) OEuvres littéraires diverses 323
E) Ouvrages et articles théoriques 325
Table des matières 331
Dans la collection «Nouvelles études québécoises» 333