Danser avec la vie
  • Éditeur québécois

Nous ne pouvons nous dire libres sans avoir d'abord perdu nos illusions sur la liberté. Pour cela, nous devons reconnaître les nombreux mirages qui s'offrent à notre naïveté, notamment le rêve américain et sa grandeur olympique, la religion et ses manipulations, la science et ses promesses, la machine et son mythe messianique. Aucun ne libère: ce ne sont pas des sauveurs.
Pour devenir libre, il faut accepter d'être en croissance et d'apprendre. Et cela se fait à petits pas. Dans un premier pas, on se croit tout permis, et pour le prouver, on est prêt à renverser l'ordre établi et tout ce qu'on déteste. Dans un deuxième pas, une fois la poussière retombée, on s'aperçoit qu'il y a des contraintes inévitables dans l'Univers comme dans la société. Finalement-, dans un troisième pas, on découvre que les contraintes les plus grandes sont à l'intérieur de nous; ce sont nos croyances, nos préjugés, nos peurs et notre méconnaissance de nous-mêmes.
Après cette reconnaissance décapante, on se sent capable de danser avec la vie telle qu'elle est réellement, et non pas comme on l'a rêvée. Les contraintes ont changé de couleur?: au lieu d'être des obstacles, elles sont devenues ce par quoi on se dépasse, on se réalise et on crée audacieusement son œuvre.
On peut ainsi enfin être libre comme... l'âme.
Au cours des ans, Placide Gaboury a publié plus de vingt ouvrages aux Éditions Quebecor.