Tes lunettes sans ton regard
  • Éditeur québécois

«vingt et une heures trente
la mère
bordée par la fille»

Un monde en suspens. Ce monde qui s’arrête net un jour de février. Puis le corridor étrange qui suit la perte. Tant de petits signes d'immortalité imprégnés dans le quotidien. Ces objets vivants qu'on soupèse, dont on hume le parfum.

«J’écris dans ton cahier turquoise. Celui que je t’avais offert pour Noël. Sachant qu’il te restait peu de temps pour t’en servir. Qu’il me restait peu de temps pour être ta fille. J’écris ce qui se voit. Ce qui ne se voit pas. La présence. L’absence. Ce qui se dit entre nous, pour te garder. Ce qui parle de toi, tout bas, lorsqu’on se tait pour t’aimer encore.

sur la commode
tes lunettes
sans ton regard»

Joanne Morency conjugue ici la prose poétique et le haïku dans cette forme si particulière qu’offre le haïbun.
« Un texte très personnel, écrit tout en finesse et en retenue ». Prix du récit Radio-Canada 2014.

Table des matières

Table des matières
Première de couverture 1
Crédit couverture 2
De la même auteure 6
Page de titre 7
Dépôt légal - Catalogage 8
Dédicace 9
Partie 1. Le monde en suspens 13
Partie 2. Tes lunettes sans ton regard 41
Partie 3. Une simple clarté 65
Table 87
Dans la même collection 89
Achevé d’imprimer 92
Notice biographique 93
Quatrième de couverture 94