La faim blanche
  • Éditeur québécois

1867, la grande famine frappe la Finlande. Pour survivre, Marja est contrainte d’abandonner sa ferme. Seule sa détermination à atteindre Saint-Pétersbourg lui donne la force d’avancer avec ses deux enfants dans l’implacable hiver. Tandis qu’à travers le pays, une population spectrale fuit la misère, à Helsinki, le sénateur, regardant par la fenêtre la neige tomber, médite sur la politique d’austérité. La frontière qui sépare le monde des vivants de celui des morts, les indigents des fortunés, est ténue et vacille sans cesse.
La faim blanche est de ces récits qui peignent l’immuable volonté de vivre. Un conte onirique éblouissant.
Un chef-d’œuvre qui retrace l’une des pages les plus sombres de l’histoire de la Finlande. – The Guardian