Nuit blanche, magazine littéraire. No. 143, Été 2016
  • Éditeur québécois

Avec ce numéro d’été, Nuit blanche salue la bonne idée qu’ont eue Vincent Lambert et Isabelle Miron de faire paraître le collectif J’écris fleuve, exercice de « géopoétique », recueil de prises de position, de récits de création en hommage au « fleuve qui soutient [notre] identité et nourrit le monde ». Chaque époque en ramène d’autres. Et l’air du temps serait à la contre-culture et aux années 1970. Par David Laporte, entre autres, tour d’horizon d’une période « à la fois bouillonnante et méconnue » qui aura laissé dans son sillage sexualité libre, groupes écologiques, coopératives d’habitation… Puis, retour en juillet 1936 pour la guerre d’Espagne. Prenant comme point de départ le roman Pas pleurer (prix Goncourt 2014) de Lydie Salvayre, Roland Bourneuf signe un texte aussi poignant qu’éclairant sur cette « guerre impitoyable et d’une extrême violence ». Ce numéro nous fait aussi découvrir Simone Chaput, l’une des voix les plus originales de la littérature franco-manitobaine, ainsi que Kebir Mustapha Ammi, écrivain d'origine marocaine, et nous propose un tour d'horizon de l'œuvre de Yann Martel.