Les Douaniers des langues : Grandeur et misère de la traduction à Ottawa 1687-1967

Livre numérique

Les Douaniers des langues : Grandeur et misère de la traduction à Ottawa 1687-1967
  • Éditeur québécois

Qu'ont en commun toutes ces personnes : le « père du hockey organisé » au Canada? Le premier Canadien admis au conservatoire de Paris? Le fondateur de l'Alliance française d'Ottawa? Plusieurs chanceliers de l'Ordre de Jacques Cartier? Le premier francophone élu à la présidence de l'Institut professionnel du service civil? Le « père de la sociologie » au Québec? L'instigateur de la Société historique acadienne? Le pionnier du ski de fond au pays?
Elles ont occupé un poste de traducteur au gouvernement fédéral.
Dans cet ouvrage, les auteurs tracent le portrait des écrivains, des avocats et des journalistes ayant exercé le métier de traducteur à Ottawa entre 1867 et 1967. Postés à la frontière du Canada anglais et du Canada français, les « douaniers des langues » ont contribué au redressement de la langue française au sein des institutions fédérales, noué des relations étroites avec les détenteurs du pouvoir et animé la vie culturelle de la capitale. Ils sont aussi à l'origine des premières associations professionnelles, de la traduction littéraire et de l'enseignement de la traduction au pays. Certains d'entre eux figurent parmi les pionniers de l'interprétation parlementaire.
Ce récit, pimenté de savoureuses anecdotes, nous fait découvrir la capitale fédérale et le Canada français du premier siècle de la Confédération sous un angle totalement inédit.