24 images. No. 177, Mai-Juin 2016
  • Éditeur québécois

En février dernier, 24 images consacrait sa couverture à Ben Wheatley. De Wheatley à Sylvain L’Espérance, le grand écart est immanquable. En effet, rien de plus éloigné que les démarches créatives d’un cinéaste de genre britannique et d’un documentariste québécois. En choisissant de mettre en valeur leurs parcours respectifs, 24 images réaffirme son désir de réfléchir sur toutes les formes du cinéma. Par un texte, un long entretien, un carnet de travail et l’édition de deux de ses films sur DVD (Les printemps incertains et Bamako temps suspendu), le présent numéro explore ainsi la démarche de Sylvain L’Espérance, en mettant l’accent sur la production de Combat au bout la nuit, son prochain long métrage. À la fois culmination d’une démarche documentaire entreprise à la fin des années 1980 et exploration d’un nouveau langage hétéroclite capable de rendre compte des multiples enjeux observés sur le terrain, ce film affirme haut et fort la nécessité de créer un nouveau type de documentaire affranchi de tout formatage et totalement à l’écoute du monde qu’il observe.