Espace. No. 113, Printemps-Été 2016
  • Éditeur québécois

Depuis quelque temps déjà, plusieurs expositions d’arts visuels font la part belle aux objets. Non pas les objets qui ont déjà une valeur esthétique inhérente à ce qu’elle représente au sein du monde de l’art, mais plutôt ceux qui partagent notre quotidien et qui s’accumulent autour de nous, alors que certains, devenus inutiles, pourraient être détruits. Mais pourquoi s’y intéresser dans le domaine de l’art contemporain ? Est-ce une façon de résister au système des objets voué à la détérioration programmée ? Est-ce pour combattre l’esthétique de l’immatérialité, en soulignant l’importance de s’entourer de choses qui, en tant qu’objet d’affection, participent de notre subjectivité ? En leur offrant une « seconde vie », ce phénomène de réinscription d’objets au sein d’une écologie de la conservation est-il si éloigné de ce que l’on entend par objet-fétiche?

Table des matières

Table des matières
Espace. No. 113, Printemps-Été 2016 1
_GoBack 5
_GoBack 72
_GoBack 96