Chroniques de riens
  • Éditeur québécois

Tout le monde nous entretient de choses vitales. À pleine tribune, et de manière parfois tonitruante, on veut nous convaincre, nous séduire, nous vendre des idées, des babioles ou des attitudes, et nous persuader que ces soucis-là sont le coeur de notre vie. Ici, vous ne trouverez que des trucs inutiles, des réflexions lancées comme des balles dans l’espace à propos de notre vie au quotidien, une vie où nous poursuivons des objectifs élevés et très nobles, mais aussi une vie parsemée de gestes anodins, de banalités, de broutilles, d’insignifiances essentielles : quelques riens. Et la somme de tous ces détails signe toutefois avec éclat notre présence et notre ferveur, installées dans une durée évidemment comique. Devant ces chroniques, vous allez probablement rire un peu, sourire, réfléchir, m’en vouloir, regarder dehors — je vous le souhaite en tout cas. Et écrire aussi, peut-être. Si une écriture peut faire en sorte qu’une autre écriture se mette en branle, ce sera magique.

— Jean Pierre Girard

On parle rarement, dans un livre, à la fois de l’accompagnement d’un mourant, de la signification des mots « Papa » et « Maman » dans la bouche d’un enfant et de la désespérante minceur du papier Q dans les établissements publics. En abordant ces sujets et bien d’autres, Jean Pierre Girard nous invite à prendre le temps de regarder « cet essentiel très visible pour les yeux ». Usant de la grande qualité d’écriture qu’on lui connaît, avec humeur et humour, souvent étonnant, parfois déroutant, Girard nous offre ici un regard discret sur ce qu’il peut percevoir de l’existence.