Les écrits. No. 132. Août 2011
  • Éditeur québécois

C’est sous le signe du «disparaître» que l’œuvre écrite et photographique d’Alix Cléo Roubaud s’est élaborée puis s’est offerte aux autres. Décédée précocement en 1983, on lui doit notamment Si quelque chose noir, l’une de ses plus fortes séries photographiques et son Journal, paru à titre posthume. Ce numéro des Écrits s’ouvre à ces apparitions furtives – plastiques et poétiques – qui évoquent en leur bref déploiement spectral la hantise de la perte, de l’éclipse et de l’évanouissement. Les auteurs ici réunis font entendre, chacun à leur manière, des échos puissants de l’étrange sensualité des œuvres d’Alix Cléo Roubaud qui composent l’iconographie de ce numéro.