Inter. No. 121, Automne 2015
  • Éditeur québécois

Il s’agit, dans ce dossier, d’examiner les pratiques de dépouillement et de simplicité volontaire : comment peut-on assumer la pauvreté, comment la création est-elle perçue comme dénuement? Il s’agit de vivre et de créer avec peu, mais aussi de mettre en commun nos ressources, outils, technologies. L’artiste peut travailler par choix avec un matériel désuet, low-tech, recyclé, bon marché. Tout le monde peut réaliser son œuvre, il est remplaçable, « disposable ». Il peut aussi travailler pour donner une voix aux exilés, aux réfugiés ; explorer la condition des personnes sans statut politique, sans droits civiques, sans représentation historique. Qu’est-ce que la « vie nue » (Agamben) dans une société des technologies et de la consommation?