Les Fous dans la cité
  • Éditeur québécois

L’histoire des rapports entre folie et société est féconde d’événements qui témoignent d’une profonde incompréhension, d’une grande méfiance anthropologique ainsi que d’une violence institutionnelle et symbolique persistante. Incompréhension profonde à l'égard des significations produites par la folie : autres mondes possibles ? Autres cognitions, mœurs et normes ? Méfiance par rapport au véritable statut anthropologique du fou : différence de nature ou de degré ? Pathologie ou déviance ? Violence institutionnelle et symbolique persistante envers les fous : les traiter ou les enfermer ? Les judiciariser ou les abandonner ?

Qu’est devenue la folie qu’on enfermait dans les asiles jusqu'à la fin des années 1950 ? En quoi la folie pose-t-elle problème aux personnes directement concernées et aux familles, à l’entourage, aux étrangers, à la société ? Qui sont les fous civils contemporains ? Quels sont leurs besoins et de quoi souffrent-ils ? Sont-ils vraiment dangereux ? Plusieurs recherches récentes menées à Montréal permettent d’explorer ces questions et de proposer un modèle d’analyse sociologique du phénomène contemporain de la folie.

Table des matières

Table des matières
Les Fous dans la cité 1
Introduction 9
Chapitre premier - Le fou social et le fou mental 19
Chapitre 2 - La dangerosité mentale : nouveau visage de la folie civile 55
Chapitre 3 - L’écologie de la folie civile : individus et milieux 87
Chapitre 4 - La consistance de la folie civile : mental perturbé et social problématique 119
Chapitre 5 - Du délire au suicide : le rapport troublé à soi-même 159
Chapitre 6 - Du dérangement à la violence : le rapport troublé aux autres 193
Chapitre 7 - De l’invivable à la peur : le rapport troublé aux proches 235
Chapitre 8 - Les intraitables : être au bout du rouleau 273
Conclusion 299
Remerciements 309
Bibliographie 311
Liste des graphiques et des tableaux 325
Index 329
Table des matières 343