Relations. No. 780, Septembre-Octobre 2015
  • Éditeur québécois

Alors qu’un capitalisme toujours plus débridé bouscule les sociétés du monde et précipite la crise écologique et sociale, la notion de progrès qu’il charrie a de quoi laisser perplexe. Ne se limitant plus à l’aspiration – toute humaine – à l’amélioration des conditions de vie, cette notion est plutôt devenue un symptôme du fantasme de la toute-puissance technique et de la maîtrise du vivant. Dans ce contexte, vouloir préserver le monde contre la démesure et la destruction environnementale, faire l’éloge des limites, relève-t-il d’un conservatisme? D’ailleurs, que signifie ce mot dans une perspective de gauche? Dans quelle mesure est-il nécessaire à un réenchantement du monde?