Le règne de la canaille

Livre numérique

Le règne de la canaille
  • Éditeur québécois

Le 2 décembre 1837, le bourg de Saint-Denis est ravagé par les habits rouges. Dès lors, Vitaline et son mari Florentin font partie d’une nation sous le joug du despotisme. Longtemps, les élus en Chambre d’Assemblée du Bas-Canada ont réclamé à la Grande-Bretagne, la mère patrie, des réformes indispensables au bonheur et à la prospérité de la colonie. La réponse prend la forme d’une campagne militaire féroce dirigée par John Colborne, commandant de l’armée britannique en Amérique.

Tour à tour, les villages de Saint-Eustache et de Saint-Benoît deviennent le théâtre de pillages, de violences et d’incendies. En tant que journaliste, Gilbert, le frère de Vitaline, assiste de près à la seconde phase de ce qui est en vérité une guerre en territoire ennemi. Néanmoins, à l’instar de sa sœur, il a une foi indomptable en l’avenir. Quantité de tuques bleues croupissent en prison ou en exil. Or, sous la brutalité du châtiment, l’insoumission patriote devient une irréductible révolte.

L’heure de la vengeance sonne à l’automne 1838. Hélas ! Les profiteurs qui accaparent le pouvoir ont des provocateurs et des espions à leur solde... Pour traverser les épreuves sans trop pâtir, pour garder la tête haute et l’esprit frondeur, Vitaline et Gilbert tâchent d’entretenir, bien vivante, la flamme de l’amour.