Confessions d'un cassé
  • Éditeur québécois

« Autant l’avouer tout de go, je n’ai jamais rien compris à la valeur de l’argent. J’ai même envie de dire que c’est une vocation précoce. Je n’oserais pas dire que je n’y peux rien, mais un dollar pour moi reste toujours un objet ambigu. Un jour, c’est un trésor, une véritable fortune, surtout quand je le trouve dans le repli d’un futon. Le lendemain, c’est une denrée tellement commune qu’il m’est difficile de vouloir y porter attention. »

Peut-on vivre aujourd’hui sans se soucier de l’argent ? Ou une posture si extrême nous condamne-t-elle à mener une vie en marge de la société, voire même une vie de paria ? Voilà la question qu’explore ici Pierre Lefebvre avec un délicieux sens de la dérision, au point où nous ne pouvons réprimer l’idée que, à bien y penser, c’est peut-être notre vie à nous, qui connaissons la valeur de l’argent et accordons notre conduite en conséquence, qui prend soudain les allures d’une douce – ou moins douce – folie.

Table des matières

Table des matières
Confessions d'un cassé 1
LE HASCHICH ET LA BIÈRE - Première confession 9
LA MOUCHE ET L’ARAIGNÉE - Deuxième confession 27
LE VOLEUR ET LE ROI - Troisième confession 53
LA VIOLENCE ET L’ENNUI - Quatrième confession 75
LE PAUVRE ET LE DÉSERTEUR - Cinquième confession 99
LE CHAMEAU ET LE CHAS - Sixième confession 119
L’HÉRITAGE ET LE VIDE - Septième confession 143
Épilogue 157
Table des matières 161