Cap-aux-Diamants. No. 121, Printemps 2015
  • Éditeur québécois

Depuis une vingtaine d’années, plusieurs historiens ont montré que les rapports entre anglophones et francophones sont loin d’avoir été aussi disharmonieux que ne l’ont laissé entendre certains pans de l’historiographie et que ne le veulent les perceptions populaires. Sans nier cette base conflictuelle ni tomber dans le « bon-ententisme », la question est néanmoins beaucoup plus complexe et mérite d’être étudiée sous de multiples angles. Ce numéro de Cap-aux-Diamants propose une série d’articles abordant la manière dont ces relations sont vécues dans les sphères judiciaire, politique et identitaire. Tandis que certains textes prouvent que les rapports de force entre anglophones et francophones sont subtils au sein des élites, d’autres offrent un regard plus contemporain sur la question sur le plan linguistique et institutionnel.