L’amour incurable
  • Éditeur québécois

Un veuf, attristé par le décès récent de sa femme, joue aux cartes avec ses trois fils. À la fin de la soirée, il leur impose un jeu grave, auquel il les contraint, sinon il se laissera mourir : de lui ramener, au terme d’un an et un jour, un improbable objet, le plus petit chien possible. À celui qui réussira l’exploit, il promet la ferme en héritage. Ce sera le plus jeune, Jean, qui s’acquittera le mieux de cette épreuve, qui se révélera être la première de trois, d’un an et un jour chacune.

Au terme de leurs aventures, les trois fils auront obtenu bien plus que les clés de la ferme ; ils auront appris à se débrouiller, à vivre, à aimer. Et le père pourra mourir en paix, confiant d’avoir donné à ses fils les ressources pour vivre.

Inspiré d’un conte du Saguenay, «L’amour incurable» propose une chose rare au théâtre, un conte pour les grands. La pièce a été présentée à Montréal en février 2010.