Lettres philosophiques

Tout en Dieu - Commentaire sur Malebranche - Dieu. Réponse au Système de la nature - Lettres de Memmius à Cicéron - Il faut prendre un parti, ou le Principe d’action

Livre numérique

Lettres philosophiques

Face à la production de Diderot, Montesquieu ou encore Rousseau, l’oeuvre philosophique de Voltaire ne semble pas peser lourd. On connaît Voltaire conteur, poète, dramaturge, historien, politique… qu’en est-il de Voltaire philosophe ? Les textes réunis dans ce volume, depuis son premier ouvrage polémique – les célèbres Lettres philosophiques – jusqu’à ses derniers écrits sur Dieu, moins connus, invitent à découvrir la singularité de la pensée voltairienne.
Écrites en Angleterre, les Lettres philosophiques (1734) sont « la première bombe lancée contre l’Ancien Régime » (Gustave Lanson) : avant d’éclater au visage de la royauté de droit divin, elles condamnèrent leur auteur à l’exil. Remettant en cause les certitudes dont étaient pétris les Français d’alors, Voltaire y fustige les autorités en place : nourri des théories de Newton et de Locke, il bat en brèche le cartésianisme ; attaquant Pascal, il tire à boulets rouges sur l’institution religieuse. Cette hostilité à l’esprit de système ne l’a plus jamais quitté. Farouchement opposé aux articles de la foi, il le fut aussi à l’athéisme, ainsi qu’en témoignent les brochures rédigées vers la fin de sa vie, de Tout en Dieu (1769) à Il faut prendre un parti (1775) en passant par Dieu (1770) et les Lettres de Memmius à Cicéron (1771), dans lesquelles le déisme voltairien se précise en une étonnante synthèse des idées de Leibniz, Malebranche et Spinoza.

Table des matières

Table des matières
Titre 3
Copyright 4
PRÉSENTATION 5