Louky Bersianik: L'écriture, c'est les cris
  • Éditeur québécois

J’ai hurlé, hurlé, hurlé, hurlé. Est-ce que vous m’entendez maintenant? Est-ce que quelqu’un m’entend? La grande marche est commencée. — L’Euguélionne

À la façon d’une archéologue littéraire, France Théoret a mené en 2006 une série d’entretiens inédits avec Louky Bersianik, alors âgée de 75 ans. Fortes de décennies de luttes communes et d’écriture, les deux penseuses revisitent les thèmes d’une œuvre monumentale: la famille, la mythologie et les symboles, la transformation de la langue, l’imaginaire patriarcal et l’émergence d’une culture au féminin. Au sortir de ces conversations, on connaît mieux l’univers bersianikien, entre l’engagement et la conscience, où tout est sujet à transgression, où peuvent cohabiter la violence et la vie.

Mais qui est Lucile Durand, alias Louky Bersianik, cette écrivaine visionnaire née à Montréal en 1930 et emportée par la maladie en 2011? Après des études à l’Université de Montréal et à la Sorbonne, elle fut rédactrice pour la radio, la télévision et le cinéma, ainsi qu’auteure de contes pour enfants et de paroles de chansons. Mais c’est en publiant le roman triptyque L’Euguélionne en 1976 (aux éditions La Presse, alors dirigées par Hubert Aquin) qu’elle entama l’une des œuvres féministes les plus savantes et épiques du siècle dernier. Elle publia par la suite poèmes, essais et romans dont La main tranchante du symbole (Remue-ménage, 1990) et Le pique-nique sur l’Acropole (VLB, 1979).